...VOSSTANIE...

...VOSSTANIE...
Émission de Radio Vosstanie avec Loren Goldner par le GARAP + Émission EC=2 / Exercice de critique à partir de l'actualité (2) #GiletsJaunes

EN DIFFUSION LA WEB RADIO

LA WEB RADIO - DIFFUSION 128Kb/s

dimanche 2 décembre 2018

Un appel offensif et non suiviste [La vie est trop chère pour être vécue !]

Nous relayons ici un tract qui nous semble le propos le plus constructif, offensif du moment. Dégagé du "peuple", du poujadisme, du racisme et des alternatives politiciennes ceci tout remettant en cause non Macron mais son Monde...

La vie est trop chère pour être vécue !

Nous sommes des travailleurs, précaires, des auto-entrepreneurs contraints, des chô­meurs à sec, des étudiants en galère, des lycéens promis à la misère, des retraités dans la merde. Nous sommes concernés par le mouvement des gilets jaunes : on n'a plus de thunes.

Aujourd'hui, après quinze jours de blocage continu, le gouvernement fait tout pour qu'on rentre chez nous. En appelant les « gilets jaunes » à se structurer. A cet appel, les opportunistes se bousculent au portillon. Ce sont souvent des militants de partis, parfois d'extrême droite, qui se cachent derrière le mot « peuple ». Dans la liste des revendications qui a été envoyée au ministère, il n'y a rien qui pourra arranger notre situa­tion. Et surtout pas une « assemblée citoyenne », ou la « baisse des charges patronales ». Quant à ceux qui veulent nous faire croire que nous avons plus d'intérêts communs avec nos patrons qu'avec les prolé­taires migrants du monde entier, ils sont au service du pouvoir et de la bourgeoisie.

Revendications: porte de sortie ou impasse?
 
Certains gilets jaunes se disent qu'il faut bien qu'on ait des revendications. C'est faux. Proposer des reven­dications c'est donner une porte de sortie au gouvernement. Il signera n'importe quel accord pour le trahir ensuite, une fois le mouvement retombé, comme en Guadeloupe en 2009. Le mouvement à La Réunion nous montre la voie. Cerf le gouvernement qui vient essayer d'éteindre le feu. Et malgré les quelques mesurettes que la ministre leur propose, ils n'arrêtent pas. S'il y a autant de représentants opportunistes, de communiqués soi-disant officiels, c'est que nous manquons d'espace dans la vraie vie, pour discuter et agir. En cela nous ne nous donnons pas les possibilités de gagner. Ace rythme, on risque de s'épuiser.

Ce qui nous rassemble : nos conditions de vie, une vie trop chère pour être vécue. Ce problème ne vient pas uniquement de l'État. Il touche à nos places dans cette société, au-delà des «taxes ». L'État et les patrons ont un intérêt commun: le « bon fonctionnement de l'économie ». Cela signifie l'aggravation de nos conditions de travail, de transport, de logement, d'études, de soins, de vie quoi, que ton soit français ou non, de la ville ou de la campagne.

De toutes parts, nous sommes attaqués. Le premier réflexe des gilets jaunes a été d'initier des blocages économiques. C'est une pratique de lutte à poursuivre. Mais n'attendons pas que les gens rejoignent les gilets jaunes.

Propageons le mouvement partout où nous sommes au quotidien. :
Dans les entreprises, dans les lycées, dans les Tacs, dans les pôles emploi, dans les hôpitaux, dans les mai­sons de retraite, dans les CAF, à la sécu etc. Cette propagation passera par la grève, par les occupations, par les blocages, par les manifs. 
Il ne manque que notre imagination pour déployer la contestation plus loin que sur les axes routiers. Mais pour pouvoir agir de la sorte, développons des outils d'organisation à même de construire un tel mouve­ment. A Saint-Nazaire, les gilets jaunes occupent un bâtiment vide, pour pouvoir discuter en assemblée des stratégies à adopter.

Constituons des assemblées.

Dans la région toulousaine, aucune assemblée de lutte pérenne n'est annoncée pour pouvoir discuter de notre stratégie. Ni sur les points de blocage, ni ailleurs. On ne peut pas continuer à aller sur les points de blocage à l'aveugle, pour s'y retrouver tout seul.

Il s'agit aussi d'être rejoignables: ce mouvement, massivement soutenu, a la nécessité de créer des espaces pour que toutes celles et ceux qui le souhaitent puisse le rejoindre et le renforcer.

Partout où nous nous retrouverons samedi ler décembre et les jours qui suivent, tenons des assemblées de lutte.

La vie est trop chère pour être vécue !

La lutte est trop grande pour être récupérée !

Bloquons plus pour gagner tout 



Des galériens en gilets jaunes 




Exploités NRV 31