mercredi 24 juin 2020

#1 Quand on refuse la lutte des classes - LETTRE CIRCULAIRE



MARX ET ENGELS À AUGUST BEBEL, WILHELM LIEBKNECHT, WILHELM BRACKE ET ALII À LEIPZIG
(LETTRE CIRCULAIRE)
(BROUILLON)
Londres, 17-18 septembre 1879.

In Friedrich Engels et Karl Marx
Correspondance, Tome 13 – 1875-1880, Éditions Sociales 2020. p.357



lundi 22 juin 2020

A paraître : Le vent en poupe – Henry Chazé / Henri Simon : Correspondances Tome 2

Le vent en poupe

Henry Chazé / Henri Simon : Correspondances Tome 2

Correspondance 2 – 1963-1968

Les années ICO

La correspondance échangée par Henri Simon et Henry Chazé de 1955 à 1984 accompagnait, dans un premier volume, ces deux militants d’un « communisme antiparti », une forme politique originale qu’on a pu appeler aussi « communisme de conseils ». Une génération les sépare. Henry Chazé, né en 1904, vit à partir des années cinquante près de Grasse, survivant avec sa compagne grâce à un petit élevage de poulets et quelques oliviers. Mais les années

soixante que couvre ce deuxième volume vont être plus agitées. Tout près, à Cannes, de jeunes communistes du parti « officiel » en sont exclus et rencontrent avec intérêt le vieux libertaire – mais bientôt ils monteront à Paris pour fonder le parti trotskyste qui deviendra la LCR. La France ne dort pas : de grandes grèves l’agitent en 1963. Chazé reprend contact avec d’anciens militants d’avant guerre : Schönberg qui a émigré au Pérou, Lanneret en Californie, Chirik au Venezuela, Lain Diez de son pays natal le Chili, donnent des nouvelles du monde. En entretenant ces liens Chazé cherche une pensée ouverte, non dogmatique, « synthèse » de l’anarchisme et du communisme. Henri Simon, qui travaille toujours à Paris tout en animant la revue et le groupe Informations Correspondance Ouvrières (ICO), noue des liens d’amitié avec les anarchistes de Noir et Rouge. Il rencontre la fille de Schönberg, qui a épousé le physicien Daniel Saint-James, proche du futur prix Nobel de physique Pierre-Gilles de Gennes, mais aussi du groupe communiste de conseils dont ils font partie et dont plusieurs membres participent, autour de Maximilien Rubel, à l’édition des Œuvres de Marx dans la « Bibliothèque de la Pléiade ».

Les enfants Simon grandissent et commencent à s’intéresser aux activités politiques. Le nombre des abonnés d’ICO s’accroît, et ce groupe attire de plus jeunes adhérents, qui perturbent un peu les certitudes des plus anciens. Dans le premier volume de cette correspondance qui embrasse vie quotidienne et préoccupations politiques, on protestait contre la guerre d’Algérie. Ici on s’agite, dans les universités dont les effectifs explosent, mais pas seulement, contre la guerre au Vietnam.

On s’approche de Mai 68.

Éditions ACRATIE 400 pages (16 X 24) – 25 euros

Cet ouvrage fait suite à

«Vous faites l’histoire !» – Henry Chazé / Henri Simon - Correspondance 1 1955-1962 De SouB à ICO

lundi 15 juin 2020

L'introduction du concept de praxis, chez Marx - Matériaux pour une émission (28)

L'introduction du concept de praxis, chez Marx

Matériaux pour une émission (28)

La praxis est bien le concept par quoi Marx pense l'être de l'homme, mais elle ne saurait être alors une formule plus raffinée pour dire l'existence humaine. Ce qui, à cet égard, risque d'égarer, c'est que l'on a tendance, sous l'influence de préjugés métaphysiques mal critiqués, à concevoir la praxis en termes d'activité intentionnelle émanant de la subjectivité consciente de soi; elle devient alors une catégorie anthropologique, empruntée à l'ancienne métaphysique du « sujet » qui définissait l'homme par la conscience de soi, la représentation et le vouloir, même si maintenant le maniement de notions plus sophistiquées, telles que l' « intentionnalité », la négativité du cogito préréflexif, et autres, donne l'illusion d'une transformation capitale. Quand cessera-t-on de confondre Marx et Feuerbach ?

En réalité, l'introduction du concept de praxis, chez Marx, fait exploser toute cette métaphysique de la subjectivité. Elle oblige à fonder le sens sur des processus qui s'exercent en deçà de la représentation, des visées intentionnelles, et des projets néantisants, bref en deçà des opérations de la conscience de soi. Justement parce que la praxis ne s'identifie pas à l'intentionnalité de l'existence humaine, il faut dire de la praxis qu'elle produit l'homme autant qu'elle est le mode de l'autoproduction de l'homme lui-même. De sorte que la praxis est moins ce que fait l'homme et le comment de ce faire, que ce qui fait l'homme se faisant. La praxis est l'être en tant qu'il produit l'homme producteur.

Les déficiences des commentaires éthico-anthropologiques - ou existentialistes – devaient inévitablement susciter la riposte des doctrinaires de la scientificité, pressés, eux, d'expulser du marxisme, à la faveur d'une critique de l'humanisme moralisant, la problématique de l'homme. Or celle-ci, loin d'être éliminée par la critique de l'idéalisme humaniste, est tout à l'inverse relancée grâce à cette critique, qui a donc ici valeur de catharsis spéculative. Que la praxis pointe vers cette expérience originaire où l'être se manifeste comme vie et production, cela n'empêche pas que le phénomène de la production reste indissociable, chez Marx, de l'appropriation par l'homme de sa vérité dans la prise de conscience de ses projets révolutionnaires. Appropriation qui suppose que l'homme soit autre chose que l'un des effets d'une combinatoire de structures! Aussi la même pensée qui, chez Marx, conduit à définir l'être comme vie, comme praxis, devient exhortation adressée aux hommes pour qu'ils règlent sur la conscience la praxis qui ordonnera le monde désaliéné : « Le communisme, explique Marx, se distingue de tous les mouvements qui l'ont précédé jusqu'ici en ce qu'il bouleverse la base de tous les rapports de production et d'échange antérieurs et que, pour la première fois, il traite consciencieusement (mit Bewusstsein) toutes les conditions préalables comme des créations des hommes qui nous ont précédés jusqu'ici, qu'il dépouille celles-ci de leur caractère naturel et les soumet à la puissance des individus unis » (Idéologie allemande). Le but n'est donc nullement de disqualifier la revendication valorielle impliquée dans la réflexion sur la destination de l'homme en tant qu'il est engagé dans la praxis sociale; il s'agit au contraire de comprendre que l'homme est en train de s'inventer dans l'historicité de la praxis où il se dépasse, en opposition avec tout a priorisme essentialiste et toute normativité moralisante.


In Jean Granier, Penser la praxis, Paris, PUF, « Philosophie d'aujourd'hui », 1980. p.136-137


Note.

Titre Vosstanie.

Ceci est l'avant-dernier texte de notre sélection sur la Conscience de classe (Cdc).
Cette sélection alimente la redaction d'une brochure à paraitre l'année prochaine.



mardi 9 juin 2020

REPRINT (Agosto 2020) - Todos os números do jornal COMBATE

Todos os números do jornal
COMBATE
[51 números]



Reprodução (REPRINT) completa de todos os números (51)  num livro de capa dura.
Vosstanie Éditions 21X29,7 - 560 págs.


Ver também 

mercredi 27 mai 2020

A paraitre : L'économie des processus révolutionnaires / João Bernardo



L'économie des processus révolutionnaires
João Bernardo

Traduction du portugais par Vosstanie.

Vosstanie Éditions
Octobre 2020 - 150 pages.

lundi 25 mai 2020

(VERSION PDF EN TELECHARGEMENT ) Quand le peuple est populaire - Vosstanie Editions

https://www.mediafire.com/file/b12sa3twzo91tmp/QUAND_LE_PEUPLE_EST_POPULAIRE_VOSSTANIE_EDITIONS.pdf/file

QUAND LE PEUPLE EST POPULAIRE
 Le Portugal, Les éditions Agone, Raquel Varela et le populisme chic de la petite bourgeoisie intello de gauche.

VOSSTANIE ÉDITIONS, 2019, 66p. 

   
Pour les plus fétichistes qui souhaitent commander la brochure ou nous rencontrer il reste quelques exemplaires de la version papier disponibles au prix de 3 euros ou d'une bière...



lundi 11 mai 2020

[EN TELECHARGEMENT] - Le Brésil, le Covid-19 et Capitalisme : Radio Vosstanie !

Le Brésil, le Covid-19 et Capitalisme
La situation au Brésil (2)

Radio Vosstanie !
Émission du 11 Mai 2020

TELECHARGER
(154 minutes)

Avec deux personnes qui écrivent régulièrement dans 

Rafa et João Bernardo