Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)
Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

mercredi 20 avril 2016

Debout ! assis ! couché !... à l'urne....c'est la nuit

C'est le printemps....la parole fuse, les discours fleurissent et les individus se consument en tournant foutraquement autour des places ou des sorties de RER.
 
Étourdis vraisemblablement par les mots qui s’entremêlent dans ces espaces faussement libérés par les professionnels de la contestation alter-constitutionnelle, il n'y a rien de pire que les parodies ou la détestable comédie de la démocratie à "libérer" ou à radicaliser.
 
Tout est dans tout et réciproquement, la parole marchandise s'invite dans ses fausses équivalences et le bouillonnement devient bouillon et finalement soupe insipide, froide, politicienne.
 
On siphonne le signifié, pour que ça claque dans l'atmosphère. Les comités théodule anonymes et bavards insultent le html de leur prose dépressive à thèses aussi chiantes que leur érotisme de pacotille.

Nous en avons marre de "désirer" sans fin sur injonction pseudo-pamphlétaire là ou les rapports de classes s'affirment plus que jamais.
 
Autonomie! on chante ici ....mais de quoi ? Les récupérateurs paralytiques entonnent finalement en coeur le refrain de la multitude volontaire.
 
On vient pleurer sur ses malheurs spécifiques pour mieux oublier la totalité concrète. Entre le pantomime émeutier et le performatif gnangnan c’est en fait à la dissolution par l’épuisement auquel on nous invite.
 
Debout ! assis ! couché! ... à l'urne....c'est la nuit.
 
Certaines bonnes âmes sures d'elles-mêmes s'occupent d'aller "conscientiser” les gens #Debout....On se demande alors qui dort éveillé.


Au même moment des "libertaires" (1) nous invitent à apprendre l'alphabet avec Podemos ! pour mieux nous vendre des petits bréviaires ensuite.

C’est bien le comble du spectacle radical et de la marchandise qui vient !
 
On se félicite presque que les prolétaires (voilà le gros mot) n’en soient pas.
 
99% ? Ce slogan inter-classiste nous fait chier...
 
Nous n’avons pas le goût et le temps de jouer aux rôdeurs de la subversion tolérée, tant mieux si certains s’amusent. Pas plus de tapiner pour la République et ses services. Qu’elle crève !


NOTE

(1) On pense à la projection du jeudi 21 avril 2016 à 20h00 organisée par la librairie Quilombo - Podemos, un abécédaire.