Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)
Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

mardi 3 mars 2015

Lettre sur la confusion

Lettre sur la confusion
Causes et conséquences des "perturbations" et
de la dés-organisation sur la conscience politique.


Cher ...,

Je te prie de m'excuser pour le retard pris par ma réponse. Les différents fronts qui touchent à la connerie sont si nombreux en ce moment que quelques fois la tentation d'un retrait de cette injonction à produire un positionnement politique est plus fort.

Je sais qu'il est important de produire une analyse serrée du réel en mouvement pour se dégager des faux combats, éviter certaines dérives mais surtout défendre l’essentiel.

Ce que j'ai peut-être mal exprimé par oral la dernière fois en disant que nous étions toujours le "confus" de quelqu'un, c'est qu'il m'a fallut de nombreuses années pour développer une pensée construite. Celle-ci s'est aussi structurée au regard des confrontations avec d'autres courants politiques dans les débats et les lieux de luttes, grâce à des rencontres et des lectures, mais toujours pour revenir à des fondamentaux au bout du compte.

J'ai donc quelque sympathie/empathie pour des individus qui cherchent leurs mots ou qui peuvent parfois exprimer maladroitement un propos qui reste de bonne foi.

J'ai peut-être réussi à comprendre au fil des années la capacité qu’ont le réel et les idées à se retourner mais aussi leurs possibilités à nous laisser au bord, à coté, avec des certitudes aussi vieilles qu'obsolètes.

Je vais donc complexifier mon propos sur le “confusionnisme” tout en affirmant quelques petites choses et tant pis si je passe pour un affreux "sectaire". Je te dirais d'ailleurs à ce propos que même si c'est une attitude politique peu à la mode en ces temps du démocratisme-équitable de supérette radicale-gnangnan où l'éparpillement des forces prolétariennes nous oblige à resserrer quelques rangs, je ne compte pas brader pour autant mon point de vue.

C'est en relisant Brecht et La vie de Galilée que mon propos sur le "confusionnisme" s'est un peu affiné.

Galilée : […] qui ne connaît la vérité n'est qu'un imbécile. Mais qui, la connaissant, la nomme mensonge, celui-là est un criminel !

Ainsi les individus, groupes, que nous qualifions de "confus" ou de "confusionnistes", sont-ils des imbéciles ou des enfoirées politiques ? Une chose est certaine, c'est qu'il faut les combattre de toutes nos forces mais il faudra aussi éviter le dégoût et l'épuisement car l'abîme est insondable. Peut-être s’agit-il d'interroger comment il faut le faire et avec qui ?

Notre première erreur (je m'inclus dans cette critique / autocritique) c'est d'avoir qualifié la "bêtise", cette saloperie politique, de “confusion”. Peut-être aussi de l’avoir "ismé" pour en faire par extension le “confus-ionnisme”. 

Il subsiste en creux de cet étiquetage politique, par défaut peut-être, un je ne sais quoi de "naïveté" qui serait propre à ce type "démarche" . 

Voyons l'acception commune du terme confus:

"Qui se manifeste à l'esprit, aux sens, sans grande netteté, qu'on a du mal à analyser, à reconnaître ou à identifier clairement" 

ou " Qui manque de clarté ; embrouillé, obscur" 

En qualifiant toute la nébuleuse crypto-soralienne ou chouardo-compatible, les Lordon et Ruffin et autres promoteurs du protectionnisme national taxateur de la finance, par des caudillos peinturlurés de diverses nuances de rouges et les spectateurs pacifiés par d’innombrables “complots”, de "confus”, n'y a t-il pas une prétention à vouloir encore les éclairer de nos “lumières” ou à dénoncer des attitudes sous vocable psychologique là où elles ne sont que politiques ? Car ces gens là ne sont pas “confus” !

Si certains sont des abrutis et des moutons qui n'attendent que sermons et bénédictions (et se retrouvent pour certains en compagnie de religieux), Ils n'en défendent pas moins des options politiques très claires. Elles ne sont ni obscures ou embrouillées, et si nous avons du mal à les identifier c'est notre absence de culture politique qu'il faut remettre en cause et ne pas faire de projection.

Il y a certainement des individus "confus" mais quand ils le sont psychologiquement c'est un autre terrain que je préfère quitter car je n'ai plus l'énergie pour cela. J'ai laissé ma capacité d'écoute libre au vestiaire depuis que je suis dans l'économie de mes moyens et que j'évite de gaspiller mon temps.

Une certaine définition du terme "confus" .

- Qui est troublé, embarrassé par le sentiment d'une maladresse, d'une erreur.

Question :

Doit-on penser que les adeptes et promoteurs du dit "confusionnisme" sont embarrassés d'une "maladresse" potentielle ? d'une "erreur" qu'il faudrait alors rappeler à leur bon souvenir comme pour les sauver malgré eux d'égarements psycho-politiques ? 

C'est un peu cette attitude que je constate, dans cette recherche systématique du “confus”, que certains passent au râteau de leurs attentes et de leurs souhaits et fantasmes politiques (qu'ils ne trouveront jamais) les organisations d'extrême gauche ou de cette gauche radicalement molle. Ces organisations sont historiquement pro-Etatistes, profondément nationalistes, quand elles ne cachent pas fort mal la défense d'un républicanisme pour petit mâle blanc. A ce petit jeu on se demande d’ailleurs ce qui nous empêche de demander des “comptes” au PS ou à l’UDI ! 

Les vouloir moins Etatistes ou revenant sur leurs positions génétiquement nationalistes (jusqu'à être identitaires) n'est pas simplement une gageure c'est un combat perdu d'avance. A la fois pour des questions de rapports de forces mais aussi parce qu'infléchir n'est pas les faire changer de positions. Je me demande d’ailleurs si cela ne s’apparente pas à la bonne vieille tactique réformiste ? Il n’y a rien à sauver dans les appareils.

Peut-on y voir une "Stratégie par la confusion" ? Même pas. Mais ils ont bien une stratégie et même une très vieille qui consiste à promouvoir les mêmes solutions de bureaucrates-régulateurs du capitalisme et de l’encadrement des masses (par l'Etat, la nation, l'identité et les hiérarchies). Leur conception du monde s'occupe de “réguler” (grâce à ce package politique bourgeois) l'économie et les esprits. Cette solution clés en main est d'ailleurs la plus efficace dans notre époque de décomposition sociale où le retour à soi (1) se charge aussi de policer les comportements. 

N'y a t-il pas, sous un certain "anti-confusionisme", une forme d’illusion démocrate et nostalgique du gauchisme historique à considérer, non qu'ils se trompent (ce que je crois), mais qu'il y a quelques chose à sauver dans les partis de l'extrême gauche du capital (qui s'accoquinent avec les enfoirés de gouvernement) et qui seraient pervertis, souillés, dupés, floués par des hordes de “confus” ? Il ne s'y trouve pourtant plus de prolétaires ou d'ouvriers depuis belle lurette ! (L'argument historique : il faudrait absolument coller au cul des masses où qu’elles se trouvent !) S’agit-il simplement de sauver ses ami(e)s "profs" qui se trompent ? A moins peut-être que nous n’ayons pas compris tous ce qui rapproche les confusionnistes des “partis”...

Que penser des partis et des groupuscules de “confus” (qui tournent les uns autour des autres) qu'il nous faudrait "redresser" et qui invitent systématiquement à voter en coeur pour le candidat le plus déguelassement racoleur ? Et qui s’offusquent ensuite des politiques à faire pâlir (de peur) ce fameux bleu que toutes les droites arborent. 

Notre écueil majeur c'est peut-être de ne pas redéfinir systématiquement et plus implacablement nos positions politiques propres. Notamment en rompant le plus rapidement possible l'ambiguïté entre la lutte anti-confusionniste comme avatar d’un anti-fascisme modernisé. 

Anti-fascisme qui donne systématiquement des billes à toute cette extrême gauche stalino-trostkiste dont le commerce électoraliste et démagogique nourrie un réformisme pourtant impossible. Il donne, comme toujours et encore, du temps aux capitalistes et à ses larbins d’enfoncer le clou du défaitisme, aux fausses solutions de s’imposer comme “les seules”, les plus “réalistes”, ceci jusqu’à ce que nous soyons totalement laminés par la fatigue, le découragement et le nihilisme.

Comme je te le disais la dernière fois, je m’inquiète et perds patience face à ce souhait de rétablir un dialogue avec l'extrême gauche la plus merdique et la plus politique, aux prétentions gestionnaires, aux solutions grotesques (au niveau de l'analyse de l'économie -politique) qui sent la préparation d'un possible front républicain inter-classiste. A nous de lever les ambiguïtés à ce sujet. (2)

Bien sûr il nous arrive de retrouver des panels de ces fameux “confusionnistes” sur différents théâtres d'opérations, mais c'est alors qu'il faut se demander aussi si nous sommes sur les bons terrains et les bons lieux.



Notre perception “militante” est peut-être aussi déformée par l’aspect médiatique, le coté viral de la bêtise. Je t’accorde complètement que les idées réactionnaires gagnent du terrain, mais sur qui ? Et est-ce si étonnant dans des périodes de dépression, d’attaques de la bourgeoisie et de replis sur la sphère intime ?

En l'absence de perspectives, les bruits parasites et les rots nauséabonds occupent toujours plus d’espace. Mais n’avons nous pas à remettre tout ceci à sa juste proportion en sortant de nos analyses franco-centrées ? Peut-être que la défaite nous paraîtra encore plus profonde. Mais peut-être aussi que la piqûre de rappel en ce qui concerne la combativité et les résistances ouvrières au niveau international nous paraîtra bien plus à l’ordre du jour !

Les alertes à la “confusion” et aux “rouges-bruns” doivent être définies clairement pour ce qu’elles sont. C’est à dire quelque chose de bien connu dans le mouvement ouvrier, identifiés comme un “socialisme national”, un “national-communisme / bolchévisme”. (*)  Autant dire qu’il n’y a rien de nouveau sous cette entreprise politique de restauration qui est aussi une tactique d’une fraction de classe face au capital (3) . Ces tactiques font se rencontrer les étatistes de gauche et de droite sur le terrain de l’Etat et de la Nation, mais aussi d’un certain anti-universalisme. Il me parait plus sérieux de clairement identifier les nuances des recompositions tout autant que les points de divergences de classes et d'intérêts qui permettent les passerelles. Il faut aussi éviter que des parcours personnels et opportunistes ne donnent des théorisations hasardeuses, jusqu’à nous faire croire à des mouvements tectoniques idéologiques, alors qu’ils ne sont que le lot d’intellectuels déclassés cherchant l’inclassabilité comme marque de fabrique ou de distinction pour mieux s’affirmer dans un marché de la pensée saturée d’autres marchandises. 

Contre quoi et qui devons nous lutter alors ? 

Il nous faut lutter prioritairement contre la matrice historique de ce “confusionisme” à savoir le nationalisme et/ou l'identitarisme, l'Etatisme et la conception hiérarchique du monde. Mais aussi remettre au centre de nos analyses le combat de classe, prolétaire et radical contre la marchandise et son mode d’Etre, les aliénations, l’exploitation, mais aussi pour un dépassement impératif de la condition prolétarienne (son abolition) vers la communauté humaine universelle. 

Cela sonne un peu comme une formule incantatoire mais nous avons trop lâché à ce niveau là pour nous retrouver maintenant face à des conceptions culturalistes et ethniques de la question sociale.

Il nous faut réaffirmer aussi qu’il y a de la lutte de classes dans les idées pour mieux réaffirmer ce qu’est une position de classe, un point de vue de classe, pour mieux combattre les idéologies de la petite-bourgeoisie ascendante ou en pleine déconfiture et qui déguise leurs “radicalités” réactionnaires et satisfaites en faux universalisme.

Il nous faut combattre l'extrême gauche du capital (non pas tenter de la moraliser) car c'est toujours combattre le capitalisme (3)  et ses solutions aussi bourgeoises que conservatrices, qui font tout autant le lit des conceptions réactionnaires du monde que les autres. Le problème n’est pas de mieux “redistribuer” les profits ou de les taxer mais bien d’en finir avec ce cercle infernal de la valorisation.

Nous devons briser la machine capitaliste totalement. 

Attaquer plus durement les fameuses solutions “individuelles” ou des petits collectifs auto-suffisants et crypto-religieux dont les pratiques et attitudes réifiés par rapport au réel font le lit d’un irrationalisme pour gourous libertoïdes. Leur égo-localisme est la trame qui permet la rencontre avec les courants les plus anti-modernes sous couvert d’une critique d’une post-modernité dont ils font l’analyse sous des angles aussi idéalistes que leur classe sociale leur permet de tenir. Ainsi notre analyse matérialiste du monde doit être revitalisée contre ce “romantisme” qui nous invite à enjamber joyeusement les cadavres d’un monde de pénurie alors que c’est la valeur d’échange qu’il faut foutre en l’air.

Tu me diras il n’y qu’à laisser travailler le réel qui se charge de dynamiter les petites certitudes entrepreneuriales des militants de l’illusion de l’âge d’or. C’est une option ! Mais à vrai dire je ne compte pas crever comme un esclave ou me laissé escroquer par un le bidonnage néo-régionaliste auto-géré ou le puritanisme moralisant chic et identitaire de l’entre-soi. 

Il y a bien quelque-chose de prioritaire, c’est de balayer dans et devant nos sphères politiques ou la duperie ultime relève de l’art du déguisement sous “marque généreuse”. Comme toujours il s’y présente des individus et des groupements opportunistes qui se servent de l’utopie sociale radicale pour mieux vendre au final la même saloperie que les autres. Il faudra aussi s’interroger sur notre tolérance, (son origine) à les voir déambuler tranquillement dans nos sphères sans que cela suscite quelque émotion. Peut-être aussi faut-il s'interroger sur la capacité actuelle du discours réformiste à se faire passer pour révolutionnaire ?

Au delà de l'interrogation, et pour lutter contre l'atomisation, le repli, porte d'entrée des discours tout aussi confus (dans sa définition première) que "confusionnistes"  il n'y a pas d'alternative au combat de classe et à la réflexion collective, à l'organisation (4) seules démarches capables de briser l'esprit de résignation.


Notes.

Quelques définitions de confusion avec le Larousse.

(*) Voir le différents travaux de Louis Dupeux sur le National-Bolchevisme et la révolution conservatrice. Plus récemment voir aussi le dernière contribution de Philippe Bourrinet

(1) D’ailleurs le souhait de “reconnaissance” n’a jamais été aussi bien instrumentalisé.
(2) Comme le "front-anti djihadiste républicain"
(3) Qui est toujours 
d’aménager la redistribution du produit de l'exploitation, de l'aliénation.
(4) Sous toutes les formes possibles. En évitant de reproduire ce qui ne marche pas ou plus.

Contre les confus et le confusionnisme voir aussi  http://confusionnisme.info/


Voir aussi