...VOSSTANIE...

...VOSSTANIE...
En ce moment diffusion du son du 1er Août 2017 : Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ?

jeudi 10 août 2017

Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ? (Le son de Radio Vosstanie du 1/08/17)

Son de Radio Vosstanie !

du 1 août 2017

Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ?
(O que é Autonomia Operária)

 TELECHARGER
93 minutes


Nous proposons un son (version audio de la brochure) avant la publication au format pdf/papier*. Suivra également mais plus tard une émission dont l'objet sera un commentaire critique du texte de Lúcia Bruno. Lucia Bruno interviendra / participera à cette émission ou l'on discutera de sa préface inédite, 30 ans après la première publication de l'ouvrage.

Si sur certains aspects le propos doit être critiqué car il semble même dépassé, il reste riche en débats et questionnements. Il repose quelques fondamentaux concernant l'utilisation abusive du mot Autonomie tout en restant accessible.


* Traduction (Vosstanie) du portugais du brésil de : O que é Autonomia Operária - Lúcia Bruno. Editora Brasiliense - 1986 . 91p. Titre que l'on pouvait traduire littéralement par: Ce qu'est l'autonomie ouvrière.


Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ?
-
L'Autonomie ouvrière: Une pratique de classe
La lutte Autonome
Les institutions Autonomes
La dynamique du processus
Luttes revendicatives et révolution
La transformation des relations sociales dans la lutte en de nouvelles relations sociales de production.
Autogestion ouvrière et marché capitaliste.
La légalisation de la lutte
Autogestion et technologie.
Autonomie ouvrière et partis politiques
Autonomie ouvrière et syndicats
Autonomie et socialisme



TELECHARGER
93 minutes

- NOTE -

Pelegas : Vient de “Pelego” : Le terme a été popularisé dans les années 1930 au Brésil . Dirigeant syndical - corporatiste proche du gouvernement Getúlio Vargas - est passé dans le langage courant comme traître et allié du gouvernement et des patrons .



VOIR
 L'introduction et la première partie.
 Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ?


Transcription de l'introduction au son.

Un son comme on a l'habitude de la faire depuis quelques temps qui donne la possibilité d'accéder à un texte d'une manière différente.

Celui-ci à pour titre : Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ? il est tiré d'un ouvrage traduit du portugais du brésil par nos soins, et a été rédigé au début des années 80 par Lúcia Bruno.

Littéralement on pouvait le traduire par: Ce qu'est l'autonomie ouvrière, mais on a préféré ce titre qui relève de notre seul choix....comme en forme de Que sais-je ? en quelque sorte.

Alors pourquoi ce texte ? Malgré ce qui nous semble être certaines limites, ou même des problématiques peut-être obsolètes, et dont on discutera d'ailleurs dans une prochaine émission avec l'auteur elle-même.

On fera cette émission d'ici quelques semaines, ou on rentrera à ce moment là dans le coeur du texte pour souligner surtout et aussi ce qui fait sa force.

Car ce texte est riche, dense même, et simple d’accès, il ouvre de multiples d’interrogations, de possibles débats. C'est ce qui a motivé notre traduction, et ce son.

On publiera le texte d'une manière ou d'une autre, avec une introduction de Lúcia Bruno et probablement aussi avec notre propre critique qui sera mise en relation avec la situation du capitalisme dans notre réalité actuelle.

On a aussi voulu édité ce texte, et faire ce son parce que l'on entend beaucoup le mot Autonomie....

On décortiquera aussi ce terme dans la prochaine émission.
Car il est devenu un mot valise dont on ne sait plus trop de quoi au juste il s'agit d’être Autonome ?

On peut certainement l'entendre comme l'inverse d'hétéronomie bien sûr, L'hétéronomie étant le fait de vivre selon des règles qui lui nous sont imposées, selon une "loi" subie.

Mais est-ce que cela est suffisant....?

Ce qui est certain dans ce son, c'est que s'exprime Notre conception de l'Autonomie...qui au delà d'être ouvrière est Prolétaire. Mais surtout dont la finalité la perspective est le communisme.

Et n'a rien à voir avec:

L'Autonomie désirante et flottante...

L'Autonomie intellectualiste et léniniste ou L'Opéraïsme stalino-armé et manipulé.

Ce que Miguel Amoros en (2005) dans son texte Que fut l'autonomie ouvrière ? a qualifié de conception "retardataire et spectaculaire liée à la décomposition du bolchevisme"

Bien sûr il en va de même de:

L'Autonomie fourre tout "des luttes"...et de sa fameuse convergence des moi-je et des débats merdiques de ce que l'on a appelé les thématiques de l'extrême gauche de la saloperie et qui permet d'ailleurs mêmes aux freaks nationaux socialistes et à l'Indigente Nouvelle Droite de s'en réclamer, tant ce mot n'est jamais développé conceptuellement mais surtout pratiquement.

On a envie de conclure en laissant la parole à Benjamin Peret au travers de certains de ces mots extraits de : Toute une vie (1950).  


Il serait inutile de parler de la vérité si l’on ne lui avait
tant craché au visage
que son regard en étoile polaire obstinée à marquer le la
s’est aujourd’hui effacé comme une ville rasée par les
barbares que déjà la brousse envahit
Ils l’ont même livrée à tous les appétits de la troupe
Je nomme ici la tourbe de la steppe comme la pègre en
costume de gratte-ciel et le fouille-merde à cervelle d’eau
bénite
le chevalier des menottes
le rampant à moustaches d’épaulettes
la valise bourrée de clefs qui ne vont sur aucune serrure
et son chien l’aveugle hypnotisé par un bocal à cornichons
Tu as toujours cherché à dégager ses traits en arc-en-ciel sur
les champs de boutons d’or
des ecchymoses qui transformaient un nez en groin à hostie
la plage des lèvres découvrant le lamé des dents en corps de
garde infesté de râteliers d’armes
et écrasaient d’une bouffissure canaille le regard d’horizon
en jardin après la pluie de printemps
C’est cela André qui nous rassemble en grains d’un même épi
que ne courbe aucun équinoxe à rage de rat prisonnier dans
son égout
et ne brûle nul solstice en lance-flammes dévorant un paysage
à ramage d’oiseaux libres
répercuté par les mille échos des eaux en yeux de fée
puisque la vérité sauvage au regard d’évidence qui fait
tressaillir les ventres à gousset
ne chante que les hymnes en rafales chassant les monastères
de nuages contre les montagnes qui les éventrent
les chants en poings dressés des éternels rebelles avides de
vent toujours neuf
pour qui la liberté vit en avalanche ravageant les nids de
vipères de la terre et du ciel
ceux qui crient de tous leurs poumons ensevelissant les
Pompéi