Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)
Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

mardi 7 octobre 2014

L'agir communicationnel Michéen

Prochain titre avec Alain Minc ?
Ou l'indécence à son comble

Rien de plus risible, de paradoxal voir "d'indécent" que d'entendre le chantre de "l'anti-libéralisme" labellisé par les éditions Flammarion, prônant en direct * sur une antenne culturelle d'Etat, l'autonomie du "Peuple" avec une pointe de mépris social  pour une autre partie de ce même "peuple" mais qui parle le verlan, ceci en donnant du Tu et du je ne suis pas d'accord avec "Jacques" (Julliard) cet éternel thuriféraire du libéralisme de gauche, éditocrate de profession, laquais historique de la CFDT et actuel pisse copie de différents torchons blindés de pubs.

Jean-Claude ! ce qui nous sépare nous (prolétaires) de toi (publiciste-mondain-médiatique) quant à notre critique-pratique du monde c'est que nous discutons pas et ne produirons/créerons (1) jamais quoi que ce soit avec des Juillard ou avec des Causeurs, mais nous leurs crachons au visage. Décidément J-C tu es trop "libéral" pour nous ! Surtout quand tu fais passer des coopératives de petits commerces dits "autogérées" (dans un monde capitaliste) comme une forme avancée et transitoire qui pourrait déboucher en "douceur" (2)  vers ton arrière-monde peuplé de fantômes à la morale de curés. 


Note: Bien sûr nous sommes étrangers à ce concept droitier de peuple. Concept fourre-tout.
Voir aussi  De l'ontologie de Michéa et Conversation sur les spécialistes radicaux des penseurs radicaux


* Emission Les Matins de France Culture du 1 octobre 2014.

(1) Dernière production michéiste d'un livre en collaboration (épistolaire) avec J.Julliard. Nous attendons son prochain dialogue fraternel avec Pierre Gattaz ou François Hollande...

(2) "Par le haut ou par le bas" [sic] Plutôt mal à l'aise avec sa métaphore footballistique qu'il ne se sent pas de filer sur le champ politique.