Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)
Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

mercredi 15 janvier 2014

Le Portugal …? et après !

Le Portugal …? et après !
Appel à contributions
Nous sommes pour certains ce qu'il est commun d'appeler des "luso-descendants". *

Les enfants dont les familles, quelques fois entières, ont été poussés par le fascisme portugais et donc son lot de misères, guerres, d'obscurantismes et de répressions, à quitter ce pays pour un avenir qui se voulait plus ouvert en "perspectives".

Élevés dans une culture du départ nécessaire et d'un retour possible, certains de nos parents ont quasiment oublié pourquoi ils en étaient partis.

Entre auto-censure et déni, une "culture du travail" comme horizon et alibi d'une accumulation névrotique, permettant l'espoir d'un retour dans un pays qui ne serait pas de cocagne, mais de l'accession à la petite propriété paysanne et/ou à la Quinta ! (1) L'acculturation et le communautarisme toujours folklorique, se sont chargés de lessiver les cerveaux jusqu'au point où, après une génération, les événements de la révolution dite « des œillets » relève presque de la préhistoire. (2) Ne parlons pas ici d'un fil possible des résistances au capitalisme.

L'idéologie dominante et sa nécessité pratique ont su parfaitement chevaucher le mythe de la révolution des oeillets, ceci autour du consensus démocrate et bourgeois jusqu'au point d'en devenir sa caricature dévitalisée.

Que peux donc le "Portugal" en ce début du XXIème siècle ? Appeler les militaires à l'aide ? agrémenter d'un « O povo unido… » si univoque ? (3)

Notre statut de « portugais » en France et de « français » au Portugal, nous a fait comprendre que nous n'étions d'aucun de ces lieux et que nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une de ces assignations arbitraires ou d’un faux choix. Pour le dire plus clairement nous refusons toutes les patries.

La nécessité et l'histoire nous donnent donc l'opportunité de nous réapproprier un peu cette Histoire. Non celle du Portugal, mais des luttes prolétaires contre le capital et ses tentatives de l’abattre. Et c'est sous cet angle que nous traiterons du 40ème anniversaire du 25 avril 1974.

Ainsi, nous invitons ceux qui se sentent en accord avec notre propos et qui, à un moment ou à un autre ou encore actuellement, sont liés par leurs pratiques avec la perspective de l’auto-émancipation anti-autoritaire de la classe laborieuse à nous contacter, et à participer avec nos modestes moyens, à une émission de la web radio vosstanie, consacrée à cet autre combat qui a lieu au Portugal et qui doit continuer par-delà les frontières, ceci pour leurs disparitions définitives.

Cette émission qui aura lieu dans le courant du mois d'avril-mai fera suite au probable enfumage médiatique de la commémoration-enterrement. Pour notre part, nous prendrons en compte toutes les formes artistiques et politiques, les témoignages d'individus non politisés (au sens noble du terme) et tenterons de déconstruire le mythe par une contextualisation, une autre chronologie des événements (dans une perspective de classe) ; c'est à dire des luttes de l'époque et des pratiques radicales initiés et développés par la classe ouvrière, ceci avec ses spécificités et ses limites. Nous essaierons ainsi de dépasser le cadre imposé par l'événement qui sera pour nous un prétexte et surtout une nécessité de défendre une certaine idée du communisme, qu'il soit non partidaire ou libertaire.

* Pour ne pas dire fille ou fils d'immigrés portugais !

1. Grande ou petite ferme symbole de puissance ou la terre était tout.
2. Si nous n'avons pas aimé le pensum qu'est La cage dorée c'est peut-être aussi parce cette part de justesse propre au cliché flirte si facilement avec le médiocre. Ainsi dans le monde du réalisateur point de salut, au-delà   de la servilité niaise ou de la revanche par l'héritage. La bêtise se contresigne hélas entre l'apparition d'un footeux toute divine et un fado qui sent bon le rappel à l'ordre. La colère et le malaise viennent certainement de ce décalage si saisissant entre les combats d'hier et les aspirations d'aujourd'hui.
3. “le peuple uni” ne se sera jamais vaincu ...mais qui est ce “peuple” ? si hétérogène et aux revendications si contradictoires ? Qu’annonçait ce “consensus” orchestré et finalement imposé.



Nous joindre et participer à ce projet collectif : 
vosstanie[a]gmail.com