Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)
Diffusion: LA LUTTE DES CLASSES PENDANT LA LA RÉVOLUTION FRANÇAISE (1ere partie 1789)

mardi 7 juillet 2015

La légalisation de la lutte ouvrière (7)

La légalisation de la lutte ouvrière
Qu'est-ce que l'Autonomie Ouvrière ? (1985)


Le Droit ne reconnaît pas la lutte anticapitaliste de la classe ouvrière. Il ne reconnaît pas les mouvements autonomes, les occupations d’entreprises et l’autogestion.
Quand, par l’action, la classe ouvrière rompt avec la logique du capital, elle rompt par là même avec les normes juridiques établies. C’est pourquoi la préoccupation de la classe capitaliste est de tenter d'encadrer les luttes par la légalité en vigueur, spécialement quand la répression policière n’est pas la meilleure des solutions.

Ils tentent toutes les solutions. Ils tentent de canaliser le mouvement vers les syndicats reconnus par l’Etat et les patrons, ils tentent de transformer les entreprises / usines autogérées en coopératives, ou encore, de légaliser les commissions d’usine/entreprise en instituant le contrôle ouvrier.

Le contrôle ouvrier c’est quand un groupe de travailleurs est reconnu par la direction d’une entreprise, et qu’il se transforme en co-gestionnaire du capital. On parle de contrôle direct des ouvriers par d’anciens ouvriers. Il est légalisé dans presque tous les pays développés indépendamment de l’existence ou non de luttes.

Le contrôle ouvrier se fonde sur la délégation de pouvoir et non plus sur l’action directe.

On élit des délégués qui vont représenter les travailleurs et participer à la gestion de certains problèmes de l’entreprise / usine.

De manière générale, on les limite à des questions d’ordre interne à l’entreprise, plus directement liées aux problèmes de main-d’œuvre.
La séparation des délégués élus de l’ensemble des travailleurs est inévitable car ils ne sont l’objet d’aucun contrôle par la base qu’ils disent représenter.

Ils finissent donc toujours par se constituer comme un pouvoir qui se situe au-dessus des travailleurs en re-formalisant la relation dirigeants/dirigés qui caractérise toute société d’exploitation.

Pour qu’une entreprise autogérée se sépare de la logique du profit, en initiant le processus d’édification du communisme, il ne suffit pas d’élire des représentants des travailleurs pour participer de la gestion.

Alors que gérer signifie prendre pour soi-même des décisions en tant que personne ou comme collectivité souveraine, ceci en pleine connaissance des informations nécessaires, contrôler ne signifie que superviser ou vérifier les décisions prises par d'autres.

Le contrôle ouvrier implique une limitation de la souveraineté où certains déterminent les objectifs et les d’autres s’efforcent que soient appliquées les méthodes les plus appropriées pour les réaliser.

La légalisation de la classe ouvrière est une des formes les plus efficaces de démobilisation. C’est toujours une forme subtile pour la discipliner. Nous ne pouvons oublier que tout l’ordre juridique capitaliste est, d’un point de vue prolétaire, une légitimation de la violence. Violence de l’exploitation économique, du pouvoir disciplinaire, de la moralité imposée par la classe dominante, du savoir transmis par les moyens de communication, des écoles etc...

Il n’est pas possible de légaliser une lutte autonome, précisément parce qu'elle est la négation de l'ordre que le Droit structure.

La seule pratique prolétarienne qu’il est possible d’encadrer dans système capitaliste c’est sa pratique “d’agent de production” ; de reproducteur du capitalisme. C’est la classe organisée dans l'usine/entreprise par le capital.




-

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE



Vosstanie propose une traduction "maison" et adaptée d'un ouvrage de Lúcia Barreto Bruno édité en 1985 au Brésil. Elle sera le support d'une émission de la Web Radio Vosstanie et d'un débat sur la question posée. Il va de soi que nous ne sommes pas en accord avec certains propos, approches du livre (ambiguës sur la question de la "gestion" et "d'auto-gestion" ou de qui a à "gérer") qui a donc 30 ans. Ils posent néanmoins en creux de nombreuses questions, critiques (à faire), de manière très stimulante, dans un débat complexe. Il s'agit donc d'un écrit qui nous permettra de dégager pas mal de perspectives.


O que é Autonomia Operária - Lúcia Bruno. Editora Brasiliense - 1986 . 91p.


A suivre une émission de la Web Radio Vosstanie pour un :
Débat critique / réflexions sur le texte.
et la publication de la brochure.